Comment on en est arrivé là ?

Depuis l’année 2005 déjà, des porte-vélos sont accrochés à l’arrière des cars postaux sur les lignes du Val d’Anniviers et mis à disposition des passagers. Cet équipement installé pour faciliter l’accès au bike-park de St-Luc s’est avéré être une bonne solution pour le transport de vélos vers d’autres destinations touristiques, et s’est rapidement répandu en Valais.

Ces porte-vélos disposent de 6 places. Devant le succès rencontré, la réservation de son transport s’est vite avérée obligatoire. Cette réservation se faisait généralement par téléphone, via le secrétariat CarPostal de Sion. Ce système de réservation par téléphone a toutefois quelques inconvénients, dont le principal tient aux  heures d’ouverture des bureaux. Le passager qui prépare sa sortie du week-end souhaitera pouvoir effectuer sa réservation le vendredi soir, par exemple.

Raison pour laquelle en été 2014, Laurent Flück, alors responsable d’exploitation de l’entrepreneur CarPostal pour le Val d’Anniviers, a mis en place sur le site internet de l’entreprise Transports Sierre-Anniviers-Régions Sàrl un formulaire permettant d’annoncer son voyage, avec le nombre de vélos prévus.

Les données (heures du voyage, lieux de départ et de destination, nombre de vélos…) sont automatiquement transmises par mail au responsable d’exploitation. Dans le même temps, ces données sont sauvegardées dans une base de données, ceci dans un but de statistiques.

C’est lorsque des réservations pour des lignes autres que celles du Val d’Anniviers ont commencé à arriver par l’intermédiaire du site internet (les clients ne réalisant pas forcément que le formulaire qu’ils remplissaient ne concernait que les lignes d’Anniviers…), que le responsable d’exploitation de Transports Sierre-Anniviers-Régions s’est dit qu’il serait certainement intéressant pour les passagers de pouvoir effectuer des réservations pour leurs différents voyages à partir d’un seul et même site internet. Laurent Flück a alors soumis cette idée à certains de ses amis informaticiens, avec l’espoir que cela permettrait de mieux cerner les besoins et les tâches à effectuer. Suite à de bons retours lors d’un « Hackathon » de la HES-So de Sierre, il a été décidé de lancer le projet « RESABIKE ».